Jusqu’au 15 février, le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui accueille la pièce de Dany Boudreault, Corps Célestes. À travers l’histoire d’une réalisatrice et comédienne de pornographie revenue dans sa famille après 15 ans d’absence, l’auteur plonge le spectateur dans un monde où la sexualité est constamment présente. Exit la morale!

Quelle famille!

Dans un contexte de guerre du pétrole au nord du Canada. Lili (Julie Le Breton), actrice et réalisatrice de films pornographiques, revient dans sa famille, après quinze ans d’absence, à la demande de sa sœur.

Elle y revoit le clan familial.

Sa mère (Louise Laprade), paralysée dans un fauteuil roulant à la suite d’un anévrisme, ne parle plus.

Insatisfaite et déçue de la vie, sa sœur (Evelyne Rompré) s’est occupée de sa mère malade, depuis le départ de Lili, et s’est oubliée avec le temps.

Son beau-frère et ancien amant Allan (Brett Donahue), revenu de la guerre avec un post-traumatisme, n’a plus d’intérêt sexuel pour sa femme.

Et son neveu Isaac (Gabriel Favreau), un ado curieux qui est déterminé à découvrir les méandres de la sexualité, parfois dans l’exubérance.

Mise en scène d’Édith Patenaude

La pièce débute en plongeant le spectateur dans le noir total, pendant quelques minutes.

On n’entend que la voix off de Lili détaillant le film pornographique qu’elle est en train de tourner, Corps célestes.

Ainsi, la metteure en scène Édith Patenaude submerge le spectateur dans le mystère et fait appel à sa concentration.

Une manière de demander au public de porter attention au texte touffu de Dany Boudreault.

Hey, semble-t-elle faire valoir, cet auteur a quelque chose d’important à vous dire!

Lumières et une scène dénudée apparaît.

Seuls des rideaux sombres, tirés par les comédiens, servent à structurer les changements de tableaux faisant en sorte que toute la place est donnée aux comédiens.

Des comédiens bourrés de talent!

Cinq comédiens bien ancrés dans leur rôle se donnent la répartie avec énergie en soulignant la vivacité du texte.

Julie Le Breton, dans le rôle d’Hélène (Lili étant son nom d’artiste) parvient à rendre toutes les émotions par lesquelles passe son personnage, allant d’une sensualité naturelle au désarroi complet face à son incompatibilité avec sa famille.

Que dire du jeu d’Evelyne Rompré qui se glisse avec agilité et humour dans la peau de cette sœur frustrée et en manque de sexualité. Son langage et sa gestuelle un peu gros nous surprennent mais apportent toutefois une certaine légèreté aux propos denses et audacieux de la pièce.

Quant à Gabriel Favreau qui joue le rôle de cet adolescent en quête de sensations fortes, par son corps et ses intonations, il sert à merveille ce personnage exalté.

« Ce personnage est très important », souligne l’auteur Dany Boudreault. « C’est beaucoup par lui que la tragédie opère. Son conflit c’est de se demander s’il ressent trop ou pas du tout. Il ne sait pas par où passer. La pièce porte sur la transmission de la sexualité et il y a une part de moi que je quitte et qui meurt dans ce texte ».

Corps célestes jusqu’au 15 février

Corps célestes,  création de La Messe Basse, tient l’affiche du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui jusqu’au 15 février.

Texte: Dany Boudreault

Mise en scène: Édith Patenaude

Avec:  Brett Donahue, Gabriel Favreau, Louise Laprade, Julie Le Breton, Evelyne Rompré

Crédit photos: Valérie Remise

Texte: Micheline Rouette