Le premier roman de Fanie Demeule, Déterrer les os paru aux éditions Hamac, a été adapté au théâtre. La pièce qui met en vedette Charlotte Aubin et Jérémie Francoeur prendra l’affiche dans les prochains jours. Notre chroniqueuse s’est entretenue avec la comédienne qui lui a raconté pourquoi elle avait accepté ce rôle particulier et comment elle s’y est préparée.

C’est Gabrielle Lessard, qui a adapté et mis en scène la pièce Déterrer les os, qui a approché Charlotte Aubin pour lui offrir le rôle de cette narratrice en huis clos avec son corps.

« Gabrielle m’a appelée pour m’offrir le rôle, mais elle m’a dit « lis le roman avant pour voir si c’est vraiment un personnage / une œuvre qui pourrait te plaire ».

« J’ai lu le roman d’une traite. J’ai pas été capable de lever les yeux du livre. Je l’ai terminé d’un coup. J’ai été complètement bouleversée par le personnage et tout ça. Donc, pour moi ça faisait vraiment du sens d’accepter tout de suite. »

Coup de cœur pour le roman Déterrer les os

Donc, à l’instar de Gabrielle Lessard, la comédienne a eu un coup de cœur pour le roman.

Elle affirme que « la narratrice a quelque chose de super hypnotisant. On traite dans ce roman-là de troubles alimentaires, mais jamais par le biais de la victime. »

Elle trouve donc que « c’était ça qui était très décontenançant. »

De plus, elle est d’avis que c’est un personnage très intéressant à jouer car « elle se prend en charge pour essayer de combattre ce mal-là, mais en fait elle ne fait que le réanimer sans arrêt. »

Huit mois de travail

«Pour monter la pièce, beaucoup de travail a été fait en amont. Pendant plus de 8 mois, l’autrice, la dramaturge et les comédiens ont débroussaillé le texte, travaillé sur l’adaptation et enchainé les répétitions.» Aux dire de la jeune actrice, ce fut un travail assez collaboratif.

Selon Charlotte, son rôle a nécessité beaucoup de répétitions, beaucoup d’introspection et beaucoup de retours au texte aussi. Il a fallu « le décortiquer, faire émaner autant la poésie que le concret de ce texte-là pour qu’il y ait comme une espèce d’attache dans le réel, pour que ça ne soit pas juste une espèce de poésie en l’air. »

Elle a dû apprendre beaucoup de texte car Déterrer les os est une pièce de théâtre assez verbeuse.

Elle apprend son texte dans un contexte particulier

Pour se mettre dans l’énergie du livre, elle a choisi d’apprendre ses textes dans un contexte bien particulier. « En fait, moi j’ai appris le texte, étrangement, sur des machines de cardio dans un gym pour me mettre un peu dans cette espèce d’énergie là dans le livre. D’essoufflement et tout ça. Ça a fait en sorte aussi que j’ai appris le texte vraiment très vite. »

Théâtre vs Télé

Maintenant au théâtre, celle qu’on a connue au petit écran dans des séries comme Fugueuse et L’Échappée a été questionnée sur la différence entre ces deux médiums, elle répond que « les défis sont vraiment vraiment différents.

« C’est pratiquement deux métiers. Au cinéma, tu vas t’acharner sur une scène jusqu’à temps de la toucher. Au théâtre, tu vas t’acharner sur la scène, mais tu la fais juste une fois par soir. Il y a comme une espèce de précision à y avoir.»

« À chaque répétition, à chaque fois tu ré-enchaines le spectacle, c’est comme si tu approfondissais ce sillon-là émotif qu’il faut que tu reprennes. Tandis qu’en cinéma, une fois que la journée est terminée et que la scène est terminée en quelque sorte elle ne t’appartient plus. Tandis qu’au théâtre à chaque soir tu dois reprendre les rênes de cette histoire-là. »

Que retenir de Déterrer les os

Enfin, interrogée sur ce qu’on devait retenir de Déterrer les os. La jeune actrice affirme que le spectacle sert davantage à ouvrir la discussion qu’à passer un message.

« Oui on parle de troubles alimentaires, mais on parle aussi d’amour, de peur de la mort, de troubles obsessifs, de vision du corps complètement déformée, de perception de soi.»

«C’est un show qui est très très dense et qui va ouvrir la discussion. Je ne pense pas que ça ait la prétention de faire le tour de c’est quoi un trouble alimentaire ou de donner un conseil

«On n’est vraiment plus dans « on montre un protagoniste qui est au pris avec ça ». Pis après ça, il va y avoir des rencontres avec le public et j’ai vraiment hâte d’entendre les gens. Il n’y a pas de morale à tirer directement de ça. »

À l’affiche

Déterrer les os est présentée au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui du 17 avril au 5 mai.

Une paire de billets à gagner

Le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui et ARP.Media t’offrent la chance de gagner une paire de billets pour Déterrer les os, pour la représentation du 25 avril à 20 h. Le concours est ici.

Crédit photo: Christian Blais