La comédie musicale Grease, présentée en première médiatique à Québec le 6 juillet dernier à la salle Albert-Rousseau, a su étonner par des solides performances vocales et musicales, une mise en scène très interactive et un humour bien présent tout au long de la pièce. Un spectacle bien ficelé qui captive du début à la fin.

Grease est rafraîchissante; on se plait à découvrir les personnages joués habilement par des jeunes chanteurs de talent. Annie Villeneuve livre une Sandy Dumbrowsky juste, naïve et drôle à la fois. Sa performance vocale est sans faille et donne souvent des frissons.

Jason Roy-Léveillée joue un Danny Zuko charmeur avec une touche humoristique bien présente. Il chante bien et danse magnifiquement bien. Un duo très bien assorti qui suscite plusieurs moments magiques dans les regards et interactions.

Plusieurs autres comédiens se distinguent avec leurs solides performances. Marilou Morin livre une Betty Rizzo touchante et incisive à la fois. Sa puissance vocale lors de son solo suscite de belles réactions, un des moments forts du spectacle.

Mon coup de cœur du spectacle va à Dominic St-Laurent qui interprète Eugène, un nerds aux expressions faciales à se tordre de rire. Il danse bien, joue avec la foule et suscite le plus de rires de la salle. J’ai bien aimé aussi la performance d’Éléonore Lagacé  qui campe une Patty Simcox énergique et naïve, on est transporté par sa joie de vivre. Les autres comédiens ont offert également de belles performances dans un spectacle grandiose qui surpasse les attentes.

Une mise en scène éclatée

La mise en scène d’Andrew Shaver est très interactive. Les changements de décors sont réalisés par les comédiens, c’est dynamique et il n’y a pas de temps mort. On voit aussi la signature de  Denise Filiatrault qui a été conseillère artistique du spectacle. On revit bien les années 50 avec une touche d’humour et quelques clins d’œil actuels.

Il y a beaucoup d’action tout au long de la pièce, le public étant constamment sollicité. Les costumes, les coiffures et les maquillages représentent bien l’époque. Tout est bien présenté, sans anicroche et captivant du début à la fin.

La version québécoise de la comédie musicale Grease offre une belle harmonie entre les chansons en français et en anglais. Bien sûr, les succès Summer nights, Tell Me More et You’re the One That I Want sont en anglais, mais plusieurs autres chansons ont été magnifiquement livrée dans la langue de Molière.

La comédie musicale Grease est présentée à la salle Albert-Rousseau jusqu’au 24 juillet. Un spectacle à ne pas manquer.