La comédienne de grand talent, Catherine-Anne Toupin est aussi une dramaturge qui n’a pas froid aux yeux et qui n’a pas peur d’interpeller les spectateurs par son écriture vigoureuse et crue. Dans La meute, présentée au théâtre La Licorne, elle nous fait réfléchir sur la violence destructrice.  Ici, ça se passe dans le monde des jeux vidéo. Une rixe verbale et adroite où tous les coups sont permis!

Sur scène, Catherine-Anne Toupin, comédienne qu’on connaît surtout pour sa participation dans les émissions Boomerang et Unité 9, est entourée de l’excellent Guillaume Cyr et de l’incomparable Lise Roy. Dès le début du thriller, une synergie opère entre les acteurs, palpable chez les spectateurs durant une heure et demie.

La meute, l’intimidation dénoncée!

Dans la quarantaine, Sophie, une designer de jeux vidéo, se retrouve sans emploi dans des circonstances nébuleuses. Pour fuir les blessures de sa réalité, elle part…  Perturbée et humiliée, elle aboutit dans un gîte où elle loue une chambre.

Martin, lui aussi chômeur, et sa tante l’hébergent avec bienveillance. Durant des soirées bien arrosées, on discute, on fait des projets et, au fil du temps,  s’installe une forte connivence entre la visiteuse et le neveu.

Tout au long de la pièce, le spectateur se demande mais où veut-on en venir? Mais pourquoi Sophie est-elle dans ce patelin éloigné? L’auteure tient le spectateur en haleine.

La raison de sa présence n’est pas jojo du tout. C’est là que repose tout le suspens. Mais pour ne pas vous dévoiler le dénouement, je vous dirai seulement que la vengeance est un plat qui se mange froid et peut amener à des comportements dégueulasses.

Une violence qui n’a pas de sexe

La meute est une pièce où l’intimidation et la diffamation sur le web sert de trame de fond pour nous montrer qu’une telle violence peut être autant féminine que masculine. Par ailleurs, le vocabulaire salé et les réflexions méchantes et blessantes appuient le propos avec justesse.

« La meute c’est un univers qui oscille constamment entre ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas » a déclaré Catherine-Anne Toupin, qui n’en n’ait pas à ses premières armes comme auteure.

Le public en redemande!

Produite par La Manufacture, La meute, mise en scène par Marc Beaupré, est présentée à La Licorne jusqu’au 17 février. Devant l’engouement du public, la pièce reprendra l’affiche du 7 au 16 juin. Faites vite les billets s’envolent à la vitesse grand V!

Crédit photo: Suzanne O’Neill

Texte: Micheline Rouette