Le Théâtre du Nouveau Monde clôt sa programmation 2018-19 avec un thriller habile, La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé. Une création remplie d’humanité, de rebondissements et de suspens écrite par Michel Marc Bouchard. Avec une mise en scène sobre et efficace signée Serge Denoncourt. Sans contredit, un duo qui fait mouche.

Mystère, mystère quand tu nous tiens!

La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé relate la mystérieuse histoire de Mireille Larouche (Julie Le Breton).

Souffrant d’insomnie dans son enfance, elle pénètre, la nuit, dans les maisons de son village du Lac-Saint-Jean.

Son but?  Épier ces gens, qui, en dormant, s’abandonnent et n’ont plus conscience de leur geste.

Après plusieurs années d’absence, cette jeune insomniaque, devenue thanatologue reconnue internationalement, revient au bercail. Elle vient pour embaumer sa mère décédée d’un cancer.

Dans les circonstances, elle revoit ses trois frères (Éric Bruneau, Patrick Hivon et Mathieu Rivard) et sa belle-sœur (Magalie Lépine-Blondeau).

Une quête à la vérité s’installe dans la salle d’embaumement gérée par une jeune thanatopractrice (Kim Despatis).

Mais quel est-il ce mystère du clan Larouche?

Comme un bon thriller, le spectateur le découvrira seulement à la toute fin.

Une formidable mise en scène

Sur scène règne une ambiance de laboratoire.

Tout est blanc, gris ou noir, l’éclairage, les costumes, les décors donnent le ton. Surréel et froid comme la mort s’opposant à la dramatique vivante et humaine qui se joue sur scène.

Les comédiens plongent avec aisance dans cette atmosphère austère, donnant tout le lustre au texte de Michel Marc Bouchard. Où mensonge, apparence, sexualité, dualité se confrontent. Parfois avec humour, parfois avec une profondeur touchante.

Dénouement surprenant

Tout au long de la pièce, le spectateur est intrigué par cet énigmatique Laurier Gaudreault.

Un questionnement qui s’installe jusqu’à la fin de la pièce. Pour une finalité, ma foi, surprenante.

Avec la pièce La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé, Michel Marc Bouchard et Serge Denoncourt se complètent merveilleusement bien.

Ils nous offrent leur savoir-faire et leur expérience comme un cadeau.

Faut aller voir cette œuvre québécoise qui se joue présentement au Théâtre du Nouveau Monde jusqu’ au 16 juin.

Crédit photos: Yves Renaud

Texte: Micheline Rouette