Le TNM – Théâtre du Nouveau Monde – vient de dévoiler sa saison 2017-2018. En tout, sept spectacles ayant un registre très différent les uns des autres qui s’adressent à un vaste public de tous les âges. Une distribution allant de comédiens chevronnés et expérimentés à de jeunes acteurs talentueux qui en fera voir de toutes les couleurs.

Avec son énergie contagieuse, la pimpante directrice artistique et générale Lorraine Pintal a expliqué d’entrée de jeu que la programmation, qui débutera en septembre prochain, «témoignera du pouvoir de l’art vivant qui demeure un des symboles les plus puissants d’autonomie et de liberté. Chaque pièce a été programmée pour sa brûlante actualité. Témoigner du présent signifie aussi faire surgir ce rire libérateur qui nous rassemble», fait-elle valoir.

Ces propos nous ont fait penser au décès de la grande comédienne Janine Sutto qui a fait et fait encore l’actualité, par son implication dans l’univers théâtral.

Nous avons voulu savoir quelles qualités chez Mme Sutto inspiraient les comédiens sur place. Nous en avons interrogé quelques-uns.

Pour commencer c’est nul autre que Laurent Paquin qui s’est présenté à nous. Il jouera dans la première pièce de la saison Demain matin, Montréal m’attend de Michel Tremblay. Dès le 19 septembre, l’humoriste interprétera le rôle de la duchesse de Langeais.

À notre question, il a répondu tout de go : «Spontanément, le mot qui me vient à l’esprit c’est sa simplicité. Quand je l’ai rencontrée, je l’ai trouvé extraordinairement accessible, gentille et simple pour une dame de théâtre avec autant de métier, autant de classe qui a eu autant d’impact et une carrière aussi grande. Je l’ai découvert dans l’émission « Poivre et sel » (1983-1987) avec Gilles Latulippe ».

À compter du 24 octobre, le TNM recevra l’acteur français Lambert Wilson qui chantera Yves Montand. Il interprétera à sa façon une trentaine de chansons arrangées par Bruno Fontaine, en compagnie de six musiciens sur scène.

Débutant le 14 novembre, la pièce Vu du pont réunira une distribution des plus intéressantes, soit neuf comédiens, dont Maude Guérin, Maxime Le Flaguais, et François Papineau. Il s’agit d’un coup de cœur de Lorraine Pintal qui en fera la mise en scène. « Au lieu de construire des murs, on devrait plutôt construire des ponts », a-t-elle mentionné en présentant l’œuvre d’Arthur Miller.

L’année 2018 débutera avec Molière. Les Fourberies de Scapin sera à l’affiche du 16 janvier au 10 février.

Catherine Senat (Émisions Watatatow, La Galère et O’), qui se glissera dans la peau de l’Égyptienne Zerbinette, nous a révélé qu’elle avait rencontré Madame Sutto à quelques reprises. « Une qualité qui se démarquait chez elle c’est son endurance. Lors de répétitions pour un spectacle, cette grande comédienne ne s’assoyait jamais, elle restait debout, alors que nous les plus jeunes on cherchait un endroit pour s’assoir, par terre ou autres. Elle était d’une endurance physique impressionnante. Cette énergie se reflétait aussi dans son jeu».

Du 27 février au 10 mars, seule sur scène la comédienne Marie-Thérèse Fortin nous invite dans le monde de l’écrivaine canadienne Gabrielle Roy, avec La détresse et l’enchantement.

Avec l’arrivée du printemps, arrivera le grand Dostoïevski au TNM avec la pièce L’Idiot. Il y restera jusqu’au 14 avril.

Paul Ahmarani qui jouera Lebedev

Pour Paul Ahmarani (Émission Unité 9), qui se glissera dans la peau de Lebedev, un fonctionnaire très opportuniste, lécheux de bottes au maximum qui ne recule devant rien pour arriver à ses fins. Pour lui, « Janine Sutto avait la grande qualité de curiosité intellectuelle et artistique qui fait en sorte que malgré les projets innombrables auxquels elle a participés, elle restait aussi intéressée et passionnée pour le prochain projet, sans répit ».

La dernière pièce de la programmation 2017-2018 et non la moindre sera Les chaises d’Eugène Ionesco. L’éblouissante « farce tragique » du maître de l’absurde tiendra l’affiche du 8 mai au 2 juin. Deux comédiens chevronnés, Monique Miller et Gilles Renaud, se donneront la réplique.

Avec enthousiasme, Monique Miller nous a parlé de Jannine Sutto. Pour elle, Mme Sutto est une comédienne curieuse et d’une rigueur sans pareil. « Elle était curieuse dans plusieurs domaines culturels comme la musique. Pour notre métier c’est très très important »

Pour clôre le dévoilement, Lorraine Pintal a souligné que les pièces Vu du pont et Les Fourberies de Scapin partiront en tournée, dans plusieurs villes du Québec.

Visitez le site du TNM – Théâtre du Nouveau Monde – pour en connaître davantage sur sa programmation 2017-2018 ainsi que les endroits et les dates où seront présentées les deux pièces. ICI

Crédit-photos: Yves Renaud