Présentée au Théâtre du Nouveau Monde (TNM) dans le cadre du Festival Juste pour rire, Laurel et Hardy, la pièce mise en scène par Carl Béchard mettant en vedette Louis Champagne et André Robitaille, peine hélas à faire rire les spectateurs. 

Si Laurel et Hardy se passent aisément de présentations, peu de gens savent qui sont Stan et Oliver. Au fil des scènes, on découvre leur génie, leur indéniable complicité mais également leurs démons, leurs obsessions, leurs histoires d’amour et surtout la grande amitié qui les unit.

Rencontres avec son idole Laurel

Le rideau s’ouvre sur Stéphane Archambault qui incarne un jeune journaliste venu rencontrer son idole, Stan Laurel à la fin de sa vie.

Ceci servira de fil conducteur à la pièce alors qu’il intervient entre les tableaux pour nous révéler des pans de la vie de Laurel et Hardy.

Si les informations ainsi livrées sont intéressantes, elles cassent toutefois le rythme de la pièce.

Sachant l’importance que ce dernier revêt dans le monde de l’humour, ça expliquerait peut-être – du moins en partie – pourquoi le spectacle ne lève pas.

André Robitaille et Louis Champagne – Remarquables

Le jeu des comédiens n’est certainement pas en cause. André Robitaille et Louis Champagne font un travail remarquable, appuyés par de talentueux acteurs de soutien.

D’ailleurs, Brigitte Lafleur offre une performance notable dans divers rôles tout au long de la pièce.

Certains choix de mise en scène audacieux méritent aussi d’être soulignés. Par exemple, la scène de la poutre tournée à l’horizontale, à plat sur le sol à la façon des Chick’N Swell, qui soutire des rires aux spectateurs.

Laurel et Hardy – Une production de qualité

En conclusion, Laurel et Hardy est une production de qualité.

Or, la présenter dans le cadre d’un festival d’humour laisse croire aux gens qui se procurent des billets qu’ils verront une comédie. Ce qui n’est malheureusement pas le cas.

On peut quand même passer de très bons moments en laissant cet aspect de côté.

Distribution : André Robitaille (Laurel), Louis Champagne (Hardy), Stéphane Archambault, Alexandre Bergeron, Bernard Fortin, Martin Héroux, Brigitte Lafleur, Alice Moreault, Marie‑Ève Soulard La Ferrière

Laurel et Hardy, une production MONARQUEest à l’affiche du TNM jusqu’au 21 juillet.

Crédit photos: Martin Ouellette

Texte: Nancie Boulay