Avec sa deuxième création, le Théâtre à l’eau froide poursuit avec panache sa mission de mettre de l’avant des textes où les failles de l’Homme sont au cœur des enjeux dramaturgiques. Les Coleman-Millaire-Fortin-Campbell, présentement à l’affiche du Théâtre Denise-Pelletier, est une comédie noire qui met en lumière les travers d’une famille dysfonctionnelle.

Puisque la compagnie a pour mandat de favoriser des textes contemporains, c’est vers le dramaturge argentin Claudio Tolcachir qu’elle s’est tournée. Catherine Beauchemin, qui fait d’ailleurs aussi partie de la distribution, s’est chargée de la traduction. Quant à la mise en scène, elle a été confiée à Louis-Karl Tremblay.

Les Coleman-Millaire-Fortin-Campbell – Quelle famille!

Les Coleman-Millaire-Fortin-Campbell raconte l’histoire de trois générations qui vivent ensemble dans une certaine misère.

Sous le même toit, il y a une mère inadéquate, trois de ses enfants et leur grand-mère maternelle.  Cette dernière, Mamie, est le pilier de la maisonnée.

C’est grâce à elle qu’un semblant d’ordre règne dans leur demeure. Or, tout bascule lorsqu’elle est victime d’un malaise et doit être hospitalisée.

Promiscuité dans la salle Fred-Barry

À Buenos Aires, la pièce a été jouée dans un appartement. Louis-Karl Tremblay a réussi à recréer cette promiscuité dans la salle Fred-Barry.

Des gradins ont été installés devant et chaque côté de la scène au centre de laquelle trône un mur suspendu.

Les comédiens occupent tout l’espace scénique et s’assoient même parmi le public lorsqu’ils ne jouent pas.

Le jeu impeccable des acteurs

En plus de la scénographie inventive, le jeu impeccable des acteurs contribue au succès de cette adaptation.

Muriel Dutil nous fait ressentir toute la tendresse que Lucie éprouve envers son clan imparfait.

Puis, Louise Cardinal, toute en finesse, fait passer Loulou de l’insouciance à la détresse.

Enfin, Simon Landry-Désy sort du lot et arrive à nous faire ressentir malgré nous une certaine tendresse pour Mario malgré les énormités qu’il profère.

Une soirée presque parfaite

Le seul bémol à cette soirée de théâtre presque parfaite est qu’on reste en surface des personnages. Leurs tares et leurs secrets ne sont par moments qu’effleurés.

Distribution: Catherine Beauchemin, Louise Cardinal, Luc Chandonnet, Daniel D’Amours, Muriel Dutil, Kariane Héroux-Danis, Simon Landry-Désy, Olivier Turcotte

Les Coleman-Millaire-Fortin-Campbell est à l’affiche de la salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier jusqu’au 9 février

Crédit photos: Marie-Andrée Lemire

Rédaction: Nancie Boulay