Préparez-vous à être secoués jusqu’à la moelle par cette pièce qui déménage.

À la base, c’est trois types de mères qui se présentent au public. Celle qu’on veut baiser, celle qu’on veut sauver et celle qu’on veut tuer. Rapidement, ce texte poético-trash d’une franchise désarmante et livré par des actrices incarnées va venir ébranler le public dans ses convictions profondes.

La scène d’ouverture est dure à recevoir pour les spectateurs et ne semble pas plus facile pour la comédienne qui la joue. Sans rien révéler, disons que cette façon de commencer la pièce annonce les couleurs et comme public on sent qu’on sera témoin de quelque chose d’inhabituel dans le ton et dans le propos.

Crédit photo : Valérie Remise

Un texte aussi percutant méritait une mise en scène audacieuse. Si en tant que public on prend un certain temps à s’habituer aux déplacements des comédiennes qui se promènent avec les éclairages ou qui préparent les accessoires pour certains des tableaux, on se laisse prendre aux mots assez rapidement. On oublie le côté technique pour se concentrer sur la puissance du jeu des actrices. Et quelle puissance ! La dernière moitié du spectacle est sublime. Le moment charnière, bien que violent et accompagné des lumières stroboscopiques, marque un point de non-retour qui amène le spectateur en transe.

Marjolaine Beauchamp a ce grand talent de manier la langue du profond et du vrai. Son cri du cœur, à peu près toutes les mères ont eu envie de l’extérioriser à un moment ou un autre. Entendre des femmes dire tout haut ce qu’on ne se permet même pas de penser tout bas est non seulement libérateur, c’est aussi jouissif. Ça tombe bien puisque le texte se veut une réappropriation de l’identité maternelle à travers le sexe, la poésie et la franchise.

Crédit photo : Valérie Remise

Avec M.I.L.F., l’autrice et le metteur en scène entament une résidence de deux créations à la salle Jean-Claude-Germain.

Création du Théâtre du Trillium en codiffusion avec le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui

Texte de Marjolaine Beauchamp

Mise en scène de Pierre Antoine Lafon Simard

Avec Marjolaine Beauchamp, Geneviève Dufour et Stéphanie Kym Tougas

Musique de Pierre-Luc Clément

À voir absolument au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui jusqu’au 7 mars

Crédit photo  : Valérie Remise