Depuis le 24 janvier, l’Espace Go présente Manifeste de la jeune fille, une comédie écrite et mise en scène par Olivier Choinière qui dénonce le capitalisme et les idées reçues en les projetant au spectateur comme un miroir.

La pièce a pour point de départ  le modèle féminin idéal véhiculé par les magazines féminins : la jeune fille.  Ce concept transcende le sexe et l’âge et décrit plutôt une personne qui est le produit du capitalisme et pour qui l’image prime.

Marc Beaupré, Stéphane Crête, Maude Guérin, Emmanuelle Lussier-Martinez, Joanie Martel, Monique Miller et Gilles Renaud sont tous des incarnations différentes de cette jeune fille.

L’auteur et metteur en scène les a choisis pour la diversité de leur image corporelle, mais aussi pour la variété de leurs parcours théâtraux. Le jeu de chacun des comédiens sied au personnage qu’ils incarnent, mais Monique Miller est absolument brillante dans ce qui semble être pour elle un contre-emploi.

L’œuvre se penche sur la parole publique sous toutes ses formes : conversations de coin de rue, publicités, réseaux sociaux, médias et allocutions politiques.

Pour prouver que ces discours sont du pareil au même, la pièce est divisée en plusieurs tableaux où l’on présente le même texte, à quelques variantes près, dans des situations différentes. Par exemple, c’est le même psycho-test tout droit sorti d’une revue qui assure la transition entre ceux-ci.

Puis, on sort complètement de ce contexte et les personnages se mettent à échanger sur le théâtre féministe, parler de l’Espace Go et rire des clichés de certains critiques. On voit mal comment cette dernière partie du spectacle, si distincte, s’arrime avec le reste.

Enfin, même si par moments la pièce nous paraît décousue, le spectateur y trouve quand même son compte, tant dans l’humour du propos que dans le jeu des comédiens.

Manifeste de la Jeune-Fille est à l’affiche à Espace Go jusqu’au 18 février. Le texte de la pièce est en vente chez Atelier 10, en ligne et dans leur boutique de la rue Beaubien.

Crédit photos : Caroline Laberge