Le Collectif Les Fauves présente actuellement sa première création, Mon héros Oussama, au théâtre Prospero. Cette œuvre coup de poing qui traite de la violence latente et de son éclosion ne laissera assurément personne indifférent.

Un choix qui cause un émoi

Alors qu’on lui demande de produire un exposé oral sur son héros, Gary, un adolescent blasé, surprend tout le monde en choisissant Ben Laden.

Il affirme l’admirer car il a renoncé à la fortune familiale pour aller vivre dans le désert afghan.

Alors qu’il cause un émoi à l’école avec ses propos de plus en plus choquants, ses voisins se convainquent qu’il pourrait être l’auteur d’une série de méfaits commis dans le quartier.

Ils décident donc de l’enlever et de le soumettre à un interrogatoire violent pour lui faire avouer ses crimes.

Tous talentueux

Le rôle de Gary a été confié à Gabriel Szabo qui s’en acquitte avec fougue. Lui qui a aussi interprété un garçon dans Fanny et Alexandre plus tôt cette année.

Les autres membres de la distribution sont tout aussi talentueux, mais c’est toutefois de Gabriel Simard dont on se souviendra.

L’intensité de son jeu sert parfaitement son personnage dont la violence nous frappe de plein fouet.

Mon héros Oussama – In-Yer-Face

La pièce s’inscrit dans le mouvement « In-Yer-Face ». Le but de ce courant artistique est de provoquer l’inconfort chez le spectateur pour passer un message.

Le metteur en scène en a d’ailleurs parfaitement saisi l’essence.

D’abord, le choix de monter cette pièce dans la salle intime du Prospero est judicieux.

Les lieux exigus recréent parfaitement l’atmosphère oppressante dans laquelle les protagonistes évoluent.

Puis, l’idée d’en faire asseoir certains parmi le public est une excellente façon de montrer qu’ils se sentent étrangers à la situation, tout en faisant éprouver un certain malaise aux gens autour.

Une pièce puissante qui nous habite longtemps

Si par instants il est difficile de comprendre où l’auteur s’en va, il n’en demeure pas moins que Mon héros Oussama est une œuvre puissante qui continue à nous habiter un bon moment après notre passage au théâtre.

Mon ami Oussama est à l’affiche du Théâtre Prospero jusqu’au 20 avril.

Texte : Denis Kelly

Traduction : Jean-François Rochon

Mise en scène : Reynald Robinson

Distribution: Éric Cabana, Anne-Justine Guestier, Gabriel Simard, Elisabeth Smith, Gabriel Szabo

Crédit photos: Cannelle Wiechert

Texte: Nancie Boulay