Le collectif des Canons Numériques en collaboration avec Tôle présentent Nous irons cirer nos canons numériques dans un sweatshop portugais, drame léger et futuriste sur l’amitié au temps du virtuel.

Un court road trip

C’est en regardant sur Youtube, que Paulo tombe par hasard sur une vieille vidéo de son père et comprend qu’il a été adopté.

Avec l’aide de ses amis, il part en road trip pour trouver ce dernier, supposément quelque part aux États-Unis, et peut-être le confronter mais il n’ira pas plus loin que le zoo de la ville.

Histoire rocambolesque et hautement intéressante

C’est sous l’angle de l’humour que Maxime Brillon a campé cette histoire rocambolesque et hautement intéressante.

Il y joue d’ailleurs un genre de maître de cérémonie, une sculpture vivante et un prof de cirque.

Si tous les acteurs jouent avec justesse et brio, Louis-Olivier Maufette, en papa cowboy extra branché sur les technologies modernes, qui ne sacre pas, qui aimerait bien contrôler son adolescente et qui se la joue un brin macho est irrésistible.

Il sort définitivement du lot.

Une mise en scène audacieuse

Avec aucun accessoire scénique autre que de magnifiques éclairages qui crée une ambiance à la fois intime et éclatée et une plateforme qui pivote sur elle-même, c’est sur le jeu des acteurs que reposent les subtilités de cette mise en scène audacieuse.

Une bande de joyeux lurons

Et le public s’amuse ferme avec cette bande de joyeux lurons éclectique. On passe d’une réalité du futur à des hallucinations pour aboutir dans un cours de cirque qui n’en n’est pas vraiment un.

En somme un spectacle fort divertissant et qui, sous des airs bon enfant, nous fait réfléchir sur cette technologie qui prend de plus en plus de place dans nos vies mais sans morale ou ni jugement.

Tout simplement en traitant le sujet d’une manière ludique et avec cette lucidité propre à un auteur qui est bien ancré dans son époque.

Nous irons cirer nos canons numériques dans un sweatshop portugais, une pièce à voir absolument au Théâtre aux Écuries jusqu’au 16 mars

Texte: Maxime Brillon

Mise en scène: Justin Laramée

Distribution: Maxime Brillon, Marjorie Gauvin, Marie-Ève Groulx, Karlo Vince Marra, Lise Martin, Louis-Olivier Maufette, Frédéric Paquet, Joakim Robillard

Crédit photos: Canelle Wiechert

Rédaction: Tan Bélanger