Le Théâtre Jean-Duceppe ouvre sa saison 2016-2017 avec En cas de pluie, aucun remboursement, pièce écrite et mise en scène par Simon Boudreault. Une œuvre extrêmement divertissante qui amène les spectateurs dans l’univers des jeux de pouvoir au Royaume du Super Fun. Jusqu’au 15 octobre, le fun n’attend que vous!

Cette année, l’incomparable Simon Boudreault nous revient avec une comédie aussi drôle que sa pièce As is (tel quel) qui nous avait impressionnés l’an dernier.

Avec raison, En cas de pluie, aucun remboursement est présentée comme un Game of Thrones à la Ronde. Tous les ingrédients y sont : jeux de pouvoirs et magouilles dans le monde des parcs d’attractions.

« On est dans le festif, le coloré, le magique, le bonheur. Et, en même temps, on traite de quelque chose d’assez noir », exlique Simon Boudreault.

L’histoire se déroule au Royaume du Super Fun et son propriétaire, Louis le Juste (Raymond Bouchard), qu’on appelle «Le King » se propose de prendre sa retraite. Bien sûr, il pourrait léguer ses pouvoirs à sa fille Marie-Jeanne la Bien-Aimée (Catherine Paquin Béchard). Mais, elle ne connaît rien à rien à la gestion d’un parc et s’en fout littéralement.

Devant cette impasse, les capitaines de sections comploteront pour obtenir le haut de la hiérarchie. François Lebel à la section Aquatique (Sébastien Gauthier), Charlotte La Hardie à la section Jeux et divertissement (Louise Cardinal), Lucille La Grasse à la section Restauration (Mélanie St-Laurent).

En cas de pluie, aucun remboursement : jeu de Jocelyn Blanchard éblouissant

Seuls deux employés ne semblent pas convoiter le poste, Henri Le Bègue à la Sécurité (Jocelyn Blanchard) et un bossu (Lucien Bergeron) qui vient d’arriver au sein de l’équipe.

Tous les comédiens de la distribution méritent qu’on souligne leur jeu, notamment Jocelyn Blanchard qui bégaie de façon crédible avec ses hésitations, ses répétitions et ses blocages de la parole et Lucien Bergeron qui interprète remarquablement le bossu par ses déplacements et sa tenue. Comme nous l’avait précisé Catherine Paquin Béchard, en entrevue en août, le jeu des comédiens est très physique.

Quant à la scénographie, on adore la grande créativité de Julie-Christine Picher. Les classeurs, autres meubles de bureau et accessoires se déplacent pour que chaque scène se déroule dans un lieu différent: le bureau du propriétaire, les toilettes, le kiosque de barbe-à-papa, la piscine à vagues ou la Grande Roue. Ce sont ces deux dernières scènes qui m’ont vraiment accrochée, grâce au truchement des mouvements habiles des comédiens. Des illusions fort bien réussies !

En cas de pluie, aucun remboursement est une pièce colorée, vivante et surtout drôle sur fond de réalité qui n’est pas toujours jojo. Ça fait du bien d’en rire!

Photos : Caroline Laberge