Après un bref passage mais remarqué au FTA en 2018, Tom na fazenda est de retour à Montréal. Présentée à l’Usine C jusqu’au 12 mars, cette version brésilienne de Tom à la ferme, de Michel-Marc Bouchard, revêt une grande importance en cette période sombre que vit présentement le peuple du Brésil.

La situation brésilienne

À la lecture du programme, on apprend qu’à la fin de 2019, trois pièces ont été censurées sans justifications.

L’une d’elles était politique alors que les deux autres abordaient des sujets en rapport avec les minorités sexuelles.

Dans un pays où les droits de la communauté LGBT+ sont constamment bafoués et où un homosexuel est tué à toutes les 16 heures, Tom na fazenda (Tom à la ferme) est une façon puissante de dénoncer la situation.

Étouffer la vérité

L’histoire imaginée par le dramaturge québécois se transpose donc dans la campagne brésilienne.

À la mort de son amant, Tom (Armando Babaioff) se rend jusqu’au fin fond de la campagne pour les funérailles.

Il y découvre une mère (Soraya Ravente) qui ne sait rien des amours de son fils et un frère – Francis – (Gustavo Vaz) qui a choisi d’étouffer la vérité à tout prix.

La scénographie de Tom na fazenda (Tom à la ferme) est minimaliste et dépouillée.

Sur une grande toile recouverte de boue

Les éclairages viennent créer l’ambiance lourde qu’on sent dès l’arrivée de Tom en ces lieux hostiles.

Toute la pièce est jouée sur une grande toile recouverte de boue sur laquelle sont disposés plusieurs seaux d’eau.

Aux dires du metteur en scène, c’est une façon d’illustrer le déséquilibre et de montrer ce que les personnages vivent à l’intérieur.

L’absence de meubles est aussi essentielle pour donner de l’espace au jeu très physique.

Tout passe par le corps des comédiens

Rodrigo Portales a dirigé les comédiens de façon à ce que tout passe par leur corps.

Chaque fibre de leur être dégage les émotions ressenties par leurs personnages.

Par exemple, on voit très bien la progression dans la scène magnifiquement chorégraphiée où Tom et Francis dansent ensemble alors que la violence des mouvements escalade peu à peu pour finir par se transformer en bagarre.

Tom Na Fazenda (Tom à la ferme) – Une oeuvre forte

La pièce est jouée entièrement en portugais avec des surtitres en français et en anglais.

Or, le jeu des comédiens est si intense et captivant qu’on oublie de lever les yeux pour les lire.

La force de cette œuvre est que même sans comprendre les dialogues, on sait exactement ce qui se passe.

N’est-ce pas là la preuve d’une œuvre réussie?

À l’affiche jusqu’au 12 mars

Tom Na Fazenda (Tom à la ferme) est à l’affiche du l’Usine C jusqu’au 12 mars.

Texte : Michel Marc Bouchard
Traduction : Armando Babaioff
Mise en scène : Rodrigo Portella
Interprétation : Armando Babaioff, Soraya Ravenle, Gustavo Vaz, Camila Nhary
Scénographie : Aurora dos Campos
Éclairages : Tomas Ribas

Crédit photos: Ana Cláudia

Guto Garrote

Texte: Nancie Boulay