À défaut de sentir la Coupe Stanley se pointer sur la rue Sainte-Catherine en juin, vous pouvez maintenant vivre la frénésie du nouveau film mettant en vedette nul autre que Louis-José Houde. Voici des entrevues réalisées lors du tapis bleu de Ça sent la coupe avec les membres de la distribution ainsi que … le chanteur Dumas.

Louis-José Houde (Max)

« Parce que c’est un rôle plus sérieux par rapport à ce que j’ai fait jusqu’ici, je suis envahi par un sentiment de nouveauté et de fraîcheur. J’aimais l’idée de l’essayer et j’ai eu beaucoup de plaisir à le faire ».

« Je trouve que mon personnage a une belle relation avec ses amis et il est très fidèle dans ses amitiés. Depuis des années, les mêmes gars viennent écouter le hockey avec lui et je trouve ça le fun de voir un gars qui tient ce genre de rituel ».

Est-ce qu’on pourrait revoir notre humoristique chéri campé d’autres rôles sur nos grands écrans?  « Si l’occasion se représentait, je le ferai mais j’aime bien faire des spectacles aussi. Je ne voudrais pas me lancer à temps plein dans le cinéma. Mais, c’est vraiment un grand plaisir d’avoir la chance d’en faire de temps en temps ».

Émilie Bibeau (Julie)

« Bien que le hockey soit très présent dans le scénario, c’est plutôt un décor social. Certes, le hockey est la passion de Max (Louis-José Houde) mais c’est surtout un film sur un gars en peine d’amour et c’est ça que je trouve très touchant »

« Julie est une fille très vraie. Vraie, comme la vie. Elle n’est pas très flamboyante ni extravagante. C’est une fille comme on peut en voir des milliers, une fille toute simple qui travaille dans un bureau qui, en même temps, a de vraies aspirations et en quête d’être bien. Elle est dans un tournant dans sa vie et elle se pose des questions sur son couple et sur ses choix. Je trouve qu’elle a quelque chose de très réaliste et de très près des gens ».

Maxime Mailloux (Phil)

« Je suis un fan de hockey et ça m’a rempli de joie de participer à un tel film. On a tellement eu de plaisir à tourner ce film-là en avril dernier. Ça sentait les séries à l’époque, mais finalement on ne les a pas faites. Cette année, on espère qu’il se passe quelque chose avec le changement de coach. Bon film, allez-voir ça! »

« Ce que j’aime le plus de Phil, c’est qu’il me ressemble énormément. Ce fut même un choc de le constater lors du premier visionnement. J’étais tellement content de tourner au Centre Bell, ce sont des vraies réactions sans artifice. C’est rare que l’on me demande de jouer un tel rôle. Avec ma stature, je joue plutôt des personnages plus sérieux, voire plus agressifs ».

Dumas (auteur-compositeur-interprète de la chanson-thème Les compteurs à zéro)

Passionné de hockey, Dumas était très heureux de se joindre à cette grande aventure : « Je joue dans une ligue de garage, je suis le Canadien et Phillip Danault comme je viens de Victoriaville ».

« De signer la chanson thème, ce fut au beau hasard au fait. Je visitais mes deux amis Luc Sicard et Martin Roy, producteurs de la musique originale. Quand je suis arrivé, ils m’ont dit qu’ils recherchaient une chanson de hockey imprégnée d’une touche sensible comme le film. De plus, j’avais beaucoup aimé le roman de Matthieu Simard ».

Quels sont les projets à venir de notre cher Dumas ? « Je n’ai pas de projet de hockey en tout cas (rires). Présentement, je suis en écriture et j’aimerais beaucoup sortir un album l’hiver prochain ».