Qu’ont en commun les patriotes, Pablo Neruda, les sœurs de la Providence et la pdg d’une compagnie de mayonnaise chilienne? Ils font tous partie de la pièce Valparaiso, actuellement présentée dans le cadre du Festival Phenomena.

Des personnages attachants

Valentina (Lesley Velasquez), jeune Chilienne androgyne à l’étonnant désordre psychique, débarque à Montréal avec sa mère.

Pendant que Virginia (Ximena Ferrer) présente sa célèbre mayonnaise dans une foire alimentaire, sa fille erre sur la rue Sainte-Catherine où, de rencontres réelles en rencontres hallucinées, le brouillard sur son ambiguïté va se lever.

Entretemps, un coffre oublié refait surface et s’ouvre sur l’histoire intime et politique qui lie Valentina et Virginia au Québec.

Entre XIXe et XXIe siècle, du Chili au Québec

Écrite par Dominick Parenteau-Leboeuf et mise en scène par Julie Vincent, Valparaiso oscille constamment entre le 19e et le 21e siècle et du Québec au Chili.

Au départ, cela peut donner le mal de mer aux spectateurs.

Cependant, une fois que l’histoire s’est installée, la quête identitaire de Valentina au travers des lieux et des époques se fait moins étourdissante, le public s’y laisse entraîner avec plaisir.

Dans divers lieux

L’une des choses qui distinguent la compagnie Singulier Pluriel est de présenter ses créations dans des lieux hors du commun.

La Mondiola, leur oeuvre précédente, a été jouée dans un appartement de la rue Fullum.

Cette fois, c’est dans une chapelle que la troupe a établi ses quartiers.

L’endroit s’y prête parfaitement puisque l’action se déroule, entre autres, dans la rue et dans une foire alimentaire.  L’allée centrale de la chapelle permet de recréer aisément ces lieux.

La créativité au rendez-vous

Là ne s’arrête pas l’ingéniosité des créatrices.

On a fait appel à des artistes argentins installés à Valparaiso au Chili pour concevoir la magnifique fresque dévoilée à la fin de la pièce.

De plus, ce sont des brodeuses de Santiago qui ont réalisé les courtepointes utilisées par les personnages.

À l’époque de la dictature de Pinochet, ces broderies étaient utilisées pour dénoncer les horreurs engendrées par le régime.

Valparaiso habilement jouée

Enfin, saluons le grand talent des comédiens (Lesley Velasquez, Ximena Ferrer, Julie Vincent et Guillaume Champoux) qui en plus de multiplier les personnages, alternent très habilement entre les lieux, les époques, et les langues!

Valparaiso est présentée en français et en espagnol (avec sur-titres) à la Chapelle de l’Espace Fullum, 1431 rue Fullum, du 10 au au 23 octobre.

Crédit photos: Olivier Hardy

Texte: Nancie Boulay