Les soirées Total Crap, c’est quelque chose d’unique, que tous devrait aller voir dans sa vie. Cela tombe bien, j’ai parlé au téléphone avec Simon Lacroix pour en apprendre sur ces soirées où sont projetées des vidéos humoristiques.
Le projet Total Crap est né de l’idée de Simon Lacroix et son acolyte Pascal Pilote de présenter des vidéos qui feraient rire les gens. Après douze ans à parcourir la province, Simon Lacroix ne s’attendait pas à autant de succès et surtout pas d’être encore là après tant d’années! La première fois, c’était seulement devant leurs amis, mais vu le grand nombre de personnes au final, il y a eu un début d’idée qui germait. « Chaque fois, on présentait tout ce qu’on avait de mauvais vidéos, et les gens se questionnaient à savoir si on aurait assez de stock pour une nouvelle édition», raconte Simon Lacroix.

finalmetal

On aurait pu croire, qu’avec les années, le concept aurait pu s’essouffler ou que les gens ne veulent plus venir. Mais non, les organisateurs se sont toujours mis à la place des spectateurs, sachant bien ce qu’ils voulaient voir, et ces derniers ont toujours suivi. « On pense chaque fois qu’il aura personne, mais finalement c’est plein. Mais il y a toujours un doute, mais pas dans sens que c’est terminé », précise Simon Lacroix.
L’organisateur de l’événement affirme qu’il est beaucoup plus simple maintenant de trouver des vidéos drôles en raison des contacts que les deux complices se sont faits. En même temps, la venue de plateformes comme YouTube complique les choses! « On essaye de ne pas présenter des vidéos qui sont sur YouTube, car les gens les auraient probablement déjà vues et se demanderaient pourquoi on les diffuse! De ce côté-là, c’est plus difficile », admet Simon Lacroix.

À part les contacts ou les amis, les deux gars sillonnent les marchés aux puces en région pour trouver des vidéos inédites. « Souvent, on va faire les brocantes où est diffusé Total Crap. On sait qu’à tel marché aux puces, il aura des nouvelles VHS qui vont nous intéresser. C’est en région qu’on va avoir ces trouvailles, car à Montréal, c’est plus rare. Il y a déjà des gens qui vont la même chose que nous », explique-t-il.
Il raconte une histoire un peu abracadabrante lors d’une représentation à Sherbrooke. « J’avais oublié de quoi à la salle, alors je les ai rappelé. Et un des gars m’a dit qu’il connaissait une madame dont le mari était mort et qui enregistrait tout ce qui passait à la télévision. Je croyais que cela serait 50 cassettes maximum, mais non il en avait 1000 dans une boîte! », dit-il en riant. Un long processus!

Avec autant de matériel, les deux gars peuvent passer des heures à écouter des vidéos et à conserver, à la toute fin, que 10 secondes! Chacun de leur côté, Simon et Pascal écoutent les cassettes et conservent ce qu’ils croient intéressant. Ensuite, ils se réunissent et font un second tri. « Avant de figurer au montage, on va écouter les extraits au moins une dizaine de fois et même plus, précise Simon. Et si on rit encore après, c’est bon signe », ajoute-t-il.

Pour faire partie des vidéos Total Crap, il faut qu’à la base la vidéo n’était pas supposée être drôle. Il donne l’exemple de l’habillement de quelqu’un, les cheveux d’un autre. « Tu comprends qu’on ne passera jamais des vidéos de Rock et Belles Oreilles, car c’était fait pour rire au départ. Total Crap, c’est un show de mauvaise télévision, pas de nostalgie », rappelle-t-il.

Personne ne sera surpris de voir que la majorité des vidéos diffusées datent des années 80, époque de la mauvaise télévision. Mais il aura des segments récents. “Dans le spécial métal par exemple, on verra une vidéo qui est sortie en janvier dernier! “, termine le sympathique Simon Lacroix.

En spectacle au Club Soda le 13 février, à 21h, pour le spécial métal