C’est le jeudi 7 avril devant une salle comble qu’avait lieu la première médiatique de la pièce Encore une fois si vous permettez, mettant en vedette Guylaine Tremblay (Nana) et Henri Chassé (le narrateur).

Écrite il y a presque vingt ans, cette pièce met en scène Nana, la mère de Tremblay. Cette femme attachante et un peu bourrue fut la première source d’inspiration du dramaturge. Celui‑ci décide de la faire revivre afin qu’elle nous partage ses anecdotes familiales exagérées avec un sens du punch qui lui est propre.

Ce personnage haut en couleur fut d’abord interprété par la grande Rita Lafontaine, partie elle aussi trop vite. Ce n’était donc pas une mince affaire pour Guylaine Tremblay que de redonner vie à Nana.

Celle-ci le reconnaît d’ailleurs elle-même dans un entretien publié sur le site web du Théâtre Jean-Duceppe : « Tant qu’à aller au théâtre, il fallait que j’y retourne avec un défi. Avec quelque chose qui m’amène plus loin, qui me fasse peur même! Nana, c’est un travail immense, c’est un rôle gigantesque. » Toutefois, cette comédienne au sommet de son art a su s’acquitter de cette tâche avec brio, ce qui lui a d’ailleurs valu une ovation spontanée, sentie et plus que méritée.

Le narrateur, quoique moins présent, remplit parfaitement son rôle. En plus de mettre les tableaux dans leur contexte, il donne habilement la réplique à Nana de façon à ce qu’elle s’emporte dans l’une de ses tirades enflammées. Henri Chassé a su l’interpréter de façon juste, réussissant à illustrer toute la tendresse que le personnage éprouve pour sa mère.

Cette nouvelle version de la pièce vaut vraiment la peine d’être vue, autant pour le jeu des comédiens que pour la mise en scène de Michel Poirier qui a su cerner le personnage qu’est Nana et la mettre de l’avant.

Encore une fois si vous permettez est à l’affiche au Théâtre Jean Duceppe jusqu’au 14 mai 2016.