Collaboration spéciale Umorismo.ca

C’est vêtu de collants et d’un tutu blanc que Patrice L’Écuyer a fait son entrée sur la scène du Grand Théâtre de Québec vendredi dernier. Avec ses quelques figures de ballet, le numéro d’ouverture n’était pas sans rappeler les performances de Patrice aux Bye Bye de l’époque. Ses pas de danse ont toutefois été interrompus par Mike Ward, découragé que Patrice effectue son retour sur scène de cette façon. Le coup d’envoi du gala ComediHa! était donné.

Plus tard dans la soirée, Patrice est revenu sur scène avec le numéro entendu mille fois de la visite chez le médecin. Du déjà-vu qui a donné lieu à son numéro le moins bon de la soirée. Il s’est toutefois vite repris quand, pour entamer la deuxième partie, il a surpris tout le monde avec des vidéos de spectateurs filmés durant l’entracte à l’aide d’une caméra cachée. On pouvait entendre leurs réactions sur les performances des invités de la première partie. Arrangé avec le gars des vues? Peut-être, mais le numéro était tout de même très bien pensé.

Pour clôturer le gala, Patrice a fait monter une spectatrice sur scène pour montrer au public qu’il n’était pas si plaisant de devoir embrasser une comédienne sur un plateau de tournage, aussi jolie soit-elle. Le réalisateur Ricardo Trogi a pris part au numéro, dirigeant les deux « comédiens ». Très belle façon de terminer la soirée, surtout avec les quelques moments d’improvisation de Ricardo Trogi.

Les moments forts du gala

Le numéro de l’imitateur Benoit Paquette a fait l’unanimité dans la salle. On a eu droit notamment à des imitations très drôles et convaincantes de Sugar Sammy, de François Bellefeuille et de Patrice L’Écuyer.

Mike Ward a également offert un très bon numéro, pas trop vulgaire, sur la différence. P-A Méthot nous a parlé, pour sa part, de sa relation avec l’alcool, qu’il ne consomme plus depuis plusieurs années parce qu’elle le rendait quelque peu agressif! Un autre très bon numéro.

Deux humoristes de la relève ont été fort appréciés du public : Franky et Étienne Dano. Le premier, avec son personnage extrêmement gêné, y est allé de quelques réflexions absurdes à la Pierre Légaré. « Les Inuits, quand ils calent une bière, est-ce qu’ils chantent bungalow, bungalow, bungalow? » était le genre de réflexions auxquelles Franky nous confrontait. Quant au second, Étienne Dano, il proposait un numéro sur sa génération qui, comme lui, se sert du micro-ondes pour deux choses : faire du pop-corn et savoir si on a manqué d’électricité!

Malgré quelques autres numéros moins marquants, le premier gala de Patrice L’Écuyer était une réussite, tant en ce qui concerne l’animation que le choix des invités.