Ils étaient présents au Festival musique de chambre de Montréal

Les Swingle Singers en ont mis plein la vue lors de leur visite au Théâtre Maisonneuve à la Place des Arts le 12 mars dernier lors du Festival de musique de chambre de Montréal. Les sept jeunes chanteurs ont présenté un spectacle magistral que le public n’est pas prêt d’oublier. Oh que non!

Dès le début du spectacle, le groupe nous plonge dans l’époque baroque avec une oeuvre du compositeur italien Arcangelo Corelli, soit le très beau Concerto Grosso, dont l’arrangement a été réalisé par le membre Richard Eteson. C’était très agréable à nos oreilles d’entendre ces airs bien exécutés sans l’aide d’instruments de musique. Car c’est là que réside le talent des Anglais Swingle Singers : chanter a cappella.

christine4

Les membres ont profité de leur passage dans la métropole pour offrir aussi quelques chansons de leur plus récent disque Deep End. Bien que les Londoniens pigent allègrement dans la musique classique (Two Sisters  et Little Organ Fugue de Jean-Sébastien Bach ou Clair de lune de Claude Debussy), ils proposent des pièces plus  pop comme After the Storm, qui figure sur Sigh No More (2009) de Mumford & Sons.

Rappelons que les Swingle Singers ont vécu trois périodes, soit celle avec Ward Swingle et autres chanteurs français (1962 à 1973,  une autre avec des chanteurs britanniques (1974-1984) et la dernière comportant uniquement des artistes anglais (1985- ).

christinebourgier2

QW4ARTZ convaincant
La courte première partie a été faite par le quatuor vocal québécois QW4RTZ. Comme ses compatriotes anglais, les quatre jeunes hommes propose des pièces sans accompagnement. Par contre, il ne s’attaquent qu’au répertoire populaire d’ici, selon ce que nous avons entendu. Nous en avons eu droit à un espèce de mash-up entre L’amour de Karim Ouellet et On leur a fait croire d’Alex Nevsky.