Pour sa dernière de la saison, le Théâtre du Nouveau Monde présente Le tour du monde en 80 jours, un classique de Jules Verne. Comment faire voyager le public dans une époque où faire le tour du monde commence à être possible, alors que de nos jours il peut aller où bon lui semble quand il veut? Grâce à l’adaptation et la mise en scène d’Hugo Bélanger et de sa troupe Tout à Trac!, on y voit que du feu. Alors en route pour un voyage dans l’imaginaire de 1872.

L’histoire est connue : un homme de la haute bourgeoisie de Londres, Philéas Fogg, qui est obsédé par les chiffres et l’heure, prend le pari avec son club de gentleman de faire le tour du monde en 80 jours. Il affirme qu’il peut, à l’aide des nouveaux moyens de transport comme la locomotive, passer de Londres à Suez jusqu’à Bombay, s’arrêter au Japon, puis se rendre à San Francisco et New York pour finalement revenir à Londres. Et tout cela, dans son délai et en considérant quelques imprévus. C’est donc en compagnie de son serviteur français Jean Passepartout qu’il tentera l’aventure.

_YRC9981

Déjà là, on se demande comment le scénario sera transposé sur la scène. Eh bien, chapeau à Hugo Bélanger qui réussit le défi en nous transportant de destination en destination par la voie de costumes, de marionnettes, d’acteurs exceptionnels. Sérieusement, j’étais abasourdie à quel point j’avais vraiment l’impression d’y être et que le peu d’éléments qu’il nous présentait étaient réels, même lorsque les acteurs principaux se trouvent à dos d’éléphant ou défilent en montgolfière.

Tout cet univers serait impossible sans le jeu des acteurs qui nous amènent à croire à chacun des déplacements en train, et aux intempéries en bateau. Benoit Gouin est parfait dans le rôle de Philéas Fogg, et il en est de même pour Stéphane Breton dans le rôle de Passepartout. Que dire des autres acteurs qui interprètent mille et un personnages, ils sont hallucinants. Je ne peux passer sous silence la qualité impressionnante des costumes qui sont merveilleux.

_YRC0067

Bref, c’est un succès, alors si vous n’avez pas déjà votre billet pour aller voir Le tour du monde en 80 jours, aller vous en procurer un avant qu’il n’en reste plus. Je suis convaincue que, comme moi, vous serez sous le charme de cette magnifique et courageuse production.

Jusqu’au 23 mai au Théâtre du Nouveau Monde