Je dois l’admettre!  J’allais à reculons pour voir le spectacle de Yoan au Centre Bell. Je ne m’attendais pas à grand-chose. Si son spectacle n’était pas parfait, je dois concéder qu’il était beaucoup plus solide que ce à quoi je pensais!

Je me rappelle de ma première entrevue avec le jeune homme. Il était très timide et peu bavard. Mais un second entretien, presqu’un an après la sortie de son album, m’avait révélé un Yoan plus épanoui, plus jasant. Et c’est ce côté de lui que nous avons vu hier.

Dès les premières mesures de l’énergique Gonna Fall In Love With You, on comprend à quelle facette du chanteur nous avions droit. S’ensuit Kansas City qui nage dans les mêmes eaux. C’est lorsqu’il passe au français avec Dis-moi, T’aimer trop ou Tu m’as manqué que j’ai moins accroché. Disons que son répertoire francophone vient moins me chercher. Mais à entendre le public, ce dernier a bien aimé les pièces dans la langue de Molière.

Des invités appréciés du public et des relectures

Pour ce tour de chant, Yoan Garneau n’était pas seul au micro. Il a eu la visite de son père Sylvain Garneau (Good Hearted Woman, en duo avec Brett Kissel sur l’album), Isabelle Boulay (Summer Wine et J’entends siffler le train) et Michel Pagliaro (Dans la peau).

Il s’est permis de refaire à sa manière — et assez bien réussie en général —  un medley de Johnny Cash (Big River, I Walk The Line, Ring of Fire — et vers la fin Folsom Prison Blues), The Beatles (Love Me Do), Tom Jones (She’s A Lady) et The Doors (Roadhouse Blues)

La mise en scène de Geneviève Dorion-Coupal collait bien à l’ambiance voulue : sans grand fla fla et qui va à l’essentiel. On aurait pu jouer la carte du quétaine comme le veut le cliché, mais tout était de bon goût et assez soigné dans l’ensemble.

Solide comme le rock?

Je me serai attendu à du country dans la plus pure des traditions, mais finalement il a mâtiné sa musique de rock, de blues et de folk. Et j’avoue que c’était beaucoup plus intéressant ainsi.  Ça sonnait davantage dans la lignée de ce qu’on entend à la radio.

Finalement, c’est un spectacle qui a enlevé la plupart de mes craintes devant le personnage qu’est Yoan. Il a livré la marchandise et a convaincu les septiques de son talent. Et pour lui, c’est déjà un gros plus!

Pour ceux qui l’auraient raté, il sera en spectacle le 8 avril au Centre Vidéotron.