Jusqu’au 10 décembre, l’Usine C présente la chorégraphie de Catherine Gaudet Au sein des plus raides vertus. Dans cette pièce, l’auteure explore les tensions parfois insupportables que nous vivons face aux convenances sociales. Pour ce faire, elle utilise une gestuelle rythmée et sensuelle, tout en y intégrant des voix et le souffle des interprètes comme musicalité.

Durant 60 minutes, dans un espace restreint, quatre danseurs expriment, avec un contrôle remarquable de leur corps, cette insécurité de l’Homme face à ses pulsions. Ces talentueux artistes sont Caroline Gravel, Annick Hamel, Dany Desjardins et Francis Ducharme. Leur bonne performance fait en sorte qu’il y a un équilibre harmonieux entre le propos et l’ensemble de la chorégraphie.

Les voix, les bavardages, les grondements, les murmures et les cris des interprètes accompagnent et s’adaptent à la trame sonore. Cette façon de faire crée ainsi une atmosphère parfois dramatique, parfois survoltée, parfois passionnée.

La gestuelle est d’une grande sensibilité et exprime avec intensité une gamme d’émotions passant d’un extrême à l’autre. Ils se caressent, se frappent, se déchirent et se fusionnent pour ne former qu’un corps qui libère une intensité et une sensualité déroutantes. L’auteure plonge ainsi dans les méandres de la psyché humaine de façon théâtrale.

La chorégraphe a reçu plusieurs marques de reconnaissances pour son travail qui a été présenté à Montréal, au Danemark, en Belgique et en France.

Artiste en résidence à l’Usine C pour la saison 2015-2016, Catherine Gaudet travaille actuellement sur sa prochaine création La très excellente et lamentable tragédie de Roméo et Juliette, en co-création avec le metteur en scène Jérémie Niel. Cette pièce sera présentée du 13 au 17 janvier prochain.