Aimez-vous le théâtre où on s’amuse? Vous avez jusqu’au 18 janvier pour vous rendre au Théâtre Denise-Pelletier qui présente Sherlock Holmes et le chien des Baskerville. Pendant 90 minutes, trois comédiens y vont à fond de train pour nous raconter une des histoires les plus connues de Conan Doyle. Traduite et mise en scène de façon habile et maîtrisée par Frédéric Bélanger, cette pièce est un pur plaisir et déclenche à tout moment les rires chez les spectateurs.

Avec beaucoup d’humour, clins d’œil, mimiques, prouesses et quiproquos, ce trio réussit à capter notre attention. Ça virevolte, on rigole et c’est très bien ainsi.  Si vous avez envie de passer des moments savoureux et aimez les comédies d’intrigues traitées de façon burlesque, vous allez vous régaler.

SherlockHolmes1

Le récit de Sherlock Holmes et le chien des Baskerville s’amorce à Londres où un homme, le Docteur Mortimer, vient demander de l’aide au célèbre détective Sherlock Holmes (François-Simon Poirier) et à son inséparable John Watson (Philippe Robert). Pour mener leur enquête, les deux protagonistes se rendent à la rencontre de Sir Henri Baskerville (Étienne Pilon) dans la contrée de Baskerville pour comprendre les mystères qui entourent la mort énigmatique de Sir Charles de Baskerville.

Le jeu des trois comédiens est époustouflant et très énergique. Leur performance à jouer 15 personnages est tout à fait remarquable et bien réglée du début à la fin, surtout lors des nombreux changements de costumes qui ont été conçus avec brio par Sarah Balleux. Quant à la musique et la bande sonore, elles se fusionnent harmonieusement à l’intrigue.

En somme, Sherlock Holmes et le chien des Baskerville, produite par le « Théâtre Advienne que pourra », m’a beaucoup plus.  Et croyez-moi, à entendre les applaudissements des spectateurs, je n’ai pas été pas la seule…

#‎theatreaqp ‪ #‎sherlockmtl